L’hébergement des données de santé en France

30 juin 2020Non Par GeekRadin
L’hébergement des données de santé en France

L’année 2020 aura été marquée partout dans le monde par la pandémie de Covid-19, qui a essaimé sur tous les continents, n’épargnant que peu de pays au passage. La crise que nous sommes en train de traverser va certainement durer. Il faut dire qu’en France, l’État a choisi d’accompagner les habitants, en favorisant le chômage partiel et en offrant une aide financière aux entreprises ayant connu une trop grosse baisse de leur chiffre d’affaires. Cela a un coût. Si on a donc constaté un véritable changement dans les considérations de nos dirigeants à propos de l’État Providence, c’est une complète mutation qui est en cours dans tout le pays, en particulier dans le domaine des données de santé.

Comment le secteur de la santé évolue-t-il ?

Pour faire face à la propagation extrêmement rapide du coronavirus, il a fallu mettre au point :

  • le confinement des particuliers,
  • la fermeture des entreprises,
  • l’arrêt des spectacles, concerts et autres rassemblements importants,
  • des outils numériques pour lutter contre la pandémie.

Il a été question, pendant plusieurs semaines, de la création d’une application pour les téléphones mobiles, afin d’aider à comprendre qui pouvait être infecté par quelle voie. Cette application de traçage des rencontres que l’on peut faire dans la rue a fini par voir le jour. Mais cela a posé différentes questions, comme celle de l’hébergement des données de santé HDS – avec une certification spécifique – ou encore de la préservation des données personnelles des utilisateurs.

La société a dû changer

C’est par nécessité que nous avons dû adopter de nouvelles habitudes : éviter de faire la bise, même à ses proches, de se laver les mains plusieurs fois par jour, tousser dans son coude… Cela a créé de nouvelles manières d’appréhender les autres, de se comporter en public, mais aussi de communiquer les uns avec les autres. D’un côté nous nous sommes rapprochés, parce que nous avons beaucoup communiqué avec nos proches pendant le confinement, avec les applications dédiées aux discussions via la vidéo ; mais en parallèle, nous avons dû nous éloigner physiquement.

5.00 avg. rating (100% score) - 1 vote